R.U Le Revenu Universel

Les oeuvres de l'artiste Jean Marc Soriano

R.U Le revenue universel

Fortune du Clan Ben Ali cliquez

ICI

 

 

R.U... REVENU UNIVERSEL, l'effet MOHAMED BOUAZIZI:

 

 

Ce texte est un texte « martyre » que je vous propose de vous approprier, afin de l’amender, de le réécrire avec vos cœurs, vos sensibilités, vos idées, vos rêves d’une société nouvelle construite par vos « idéaux » faits de grâce, de compassion, de partage, cristallisant vos espoirs, à vous ma vrai famille, ces rêves qui feront de vous d’après les cyniques et les riches et les tièdes, des crétins inconséquents …

Cette révolution pacifique est déjà en marche et gangrène sérieusement les projets fascistes de ceux dénoncés maintenant par des millions d’êtres de cœur.

Ces monstres baptisés de plusieurs noms (Illuminati, Bildebergers, ordre noir, gouvernement mondial etc.) sont des élites puissantes et résolues, mais nous sommes innombrables à espérer un monde sans eux.

Voilà que trône l’antique totem, celui de l’argent, cette traduction du jugement, ce symbiote du travail et de l’énergie qui s’infiltre par la plus petite des capillaires des corps de la société.

L’argent que nous connaissons, multiforme du syndrome de Stockholm, ennemi mortel créé par des démons assyriens aux origines de la société humaine pour mesurer la désobéissance au divin, la trahison et ses conséquences en termes de chaos.

Il nous fait épouser ses règles et on ne peut jamais les contourner, définissant le mérite et le ruinant, se dressant contre toutes les formes d’amour accusées d’infantilisme et obscurcies par les déferlantes de l’occulte.

L’argent quantifie la transgression, la valeur du crime, il n’est pas un outil, mais l’arme, pas une arme, l’arme suprême du renégat.

C’est pour cela que moins on fait de mal, moins on a d’argent !

L’argent n’a jamais été créé pour faire du bien et ne le fera jamais, quoi qu’en dise les tièdes de tous bords.

Il est le moyen d’enchainer l’amour.

L’argent est né de la mesure de la faute, il est le profit quantifié de la transgression.

L’argent n’a pas de couleur, parce qu’il en a l’absence de lumière et qu’il est noir comme le cœur du Diable.

La nocivité de l’argent ne peut être abolie, il est comme la kalachnikov du terroriste, mais rien sans lui pour l’animer, il est une boite de Pandore.

La solution du problème de l’argent passe par l’égalité, l’argent ne peut survivre dans ce contexte, l’égalité annihile l’argent !

Comme l’argent n’a pas la même valeur selon les pays, il prouve qu’il n’est pas issue d’une science, ni un principe, ni l’énergie qui alimente les nations mais la spéculation sur ces énergies, d’où le rôle des banques.

L’énergie n’a pas besoin d’argent pour exister !

L’argent est éclot de la paranoïa qui est la psychose principale des êtres méchants, des hommes d’affaires, des hommes politiques, des militaires, des dirigistes et même de leaders des églises.

Le système bancaire ne vit que pour spéculer, c’est sa raison majeure d’exister.

Les jeux d’argent, du poker, des échecs etc. se rapprochent le plus de l’ivresse ressentie lorsque on a pour objectif l’argent.

Ce ne sont pas les jeux eux-mêmes qui sont des addictions mais l’argent et tous ses substituts.

Il suffira donc de le retrancher du cœur bancaire spéculatif originaire (les incarnations des plus puissants déchus et leurs avatars qui détiennent et contrôlent les banques) et d’indexer les énergies, nourriture, pharmacie, pétrole etc. sur la demande, sur les conditions climatiques ou géographiques par exemple où des couts moyens seront établis, les meilleures conditions contrebalançant les pires, un peu comme le courrier distribué par la poste.

L’argent est coupable de multiplier par 100 le prix du même pain que nous mangeons tous, seul le pain est nécessaire à la vie.

Il faudra créer un autre cœur (institutionnel) sans les coupables corrompus qui l’utilisent dans le sens des origines de l’oppression.

Enfin il faut rassurer chacun en rappelant qu’un grain de blé a seulement besoin pour pousser de soleil et de pluie et il en est ainsi de tous les besoins naturels, etc. et qu’un billet de 500 euros peut être la traduction de la valeur de ce grain de blé, mais aussi la spéculation de sa destruction, mais en vérité seul le grain de blé est indispensable.

Il se peut que dans cet article exceptionnel par sa longueur, je sois redondant (répétant à l’usure et l’extrême), revenant à la genèse historique, analytique, existentiel, religieux, toujours démocrate, avec mes reliefs spirituels œcuméniques (dans le sens le plus authentique du droit humain).

Je pense pouvoir vous convaincre assez facilement de l’illégitimité du système social construit sur la spéculation et engendrée par la compétition et seulement elle, où le système de production et sa main mise par une minorité dénoncée par des milliers d’ouvrages ne considère le besoin des peuples que comme accessoire, son intérêt pouvant provoquer une révolution ici, une épidémie là, un génocide ailleurs etc.

Ceux sont les besoins et les peurs légitimes de manquer qui servent de chaines aux peuples et donnent tout son sel à ceux qui spéculent.

Je vais dénoncer et décrypter les poncifs aberrants provoqués par la haute finance, le premier des poncifs, le plus important, le plus révoltant, celui de la souffrance humaine étranglée par une compétition entretenue artificiellement par les guerres, les génocides, les famines etc.

Les autres clichés, secondaires et techniques qui entrainent la complicité, le découragement, l’étouffement de la critique, de la conscience et la connivence de vivre par l’oppression et le mensonge où la démocratie est utilisée comme un moyen avec les médias qui s’auto censurent, les politiques qui ne représentent que rarement un danger pour le mensonge …

Le martyre par l’immolation du tunisien Mohamed Bouazizi sera la base, ma première réflexion avec ce poncif du désespoir.

Il est évident que bien des citoyens français meurent chaque jour du même désespoir, mais Mohamed Bouazizi est le déclencheur d’une hystérie défensive (révolutionnaire) qui prouve que malgré toutes les tentatives de distraire les hommes de la solidarité, un jour, les cœurs des hommes explosent les jougs.

Aucun d’entre nous ne ressent le désir de définir et juger cet acte de fuite, de lâche, pour la bonne raison que cet homme en est innocent.

C’est à dire que cette victime représente cette entité (le peuple) corvéable à merci qui n’aurait même pas eu en son temps la force de se lasser les chaussures sans en demander auparavant la permission aux dirigeants.

Qu’est ce qui fait que cet homme qui n’était rien, qu’une quantité négligeable dans ce monde, soit devenu un martyre, et fut de tous temps destiné à l’être.

Cette force, cette puissance est la conscience, celle qui sait discriminer le bien du mal.

Mais quel était le prix de la vie de cet homme ?

Il a même traduit et donné raison au monde « légitime » en acceptant de se bruler et s’éliminer comme une ordure.

Donc le peuple tunisien ne s’est pas trompé en envahissant les rues, les veines des villes par lesquelles l’argent circule, et dans une révolte légitime accuse cette mort horrible d’être un assassinat politique, un acte pédophile absolu que le faux père (le pouvoir de Ben Ali) haïssant son enfant ne lui a donné que du feu et ses espoirs à détruire(Mohamed Bouazizi. symboliquement le peuple).

Nos « démocraties » ne sont pas au-dessus de cet exemple, juste plus blindées, plus sournoises, plus organisées autour du ramassage des cadavres.

A l’autre extrémité de la réalité oppressive est la famille Ben Ali dont le mobile et le profit se chiffre en milliards de Dollars (la vrai racaille et le butin) qui fit une erreur d’inhumanité en rendant visite à Mohamed Bouazizi.

Ils font tous un jour cette erreur de monstre repu, se confondre devant l’amour humble par leur personnage d’ogre condescendant.

De quelque manière que le pouvoir cherche à se légitimer sa finalité sera toujours le profit personnel, qui permet aux nantis de se réfugier loin des conséquences pénales de leurs barbaries.

Alors comment faire pour neutraliser l’argent sans provoquer le chaos et la paralysie des services d’urgence ?…

Par la mise en place d’un revenue Universel que chaque adulte percevra d’un montant d’environ de 1800 euros par mois et 900 euros par enfant en France.

Ailleurs qu’en France, c’est à réfléchir et à déterminer relativement au PIB du pays et ses possibilités institutionnelles.

Ce revenu sera perçu dans toutes les circonstances par tous les citoyens y compris ceux qui le méritent le moins les nantis, rentiers, spéculateurs etc.

La France est peuplée d’environ 50 millions d’adultes et 15 millions d’enfants, le RU correspondra à environ 50 % du PIB.

Le RU remplacera toutes les allocations et ne sera soumis à aucun contrôle, il sera un droit constitutionnel et ne sera jamais soumis au prélèvement obligatoire (l’impot).

Les salaires de ceux qui travaillent seront perçus en plus mais la fiscalité s’appliquera de 40% sur le premier euro gagné dans les petits salaires jusqu’à 1500 euros net et ensuite 0,50% supplémentaire par 100 euros de plus, au delà de 5000 euros de salaire le prélèvement obligatoire sera de 100%.

50% du RU sera perçu par les personnes incarcérés, le contexte de l’emprisonnement changera radicalement en faveur de centres fermés mais jouissant de studio individuels et commerces dans lesquels les détenus pourront mener une vie presque normale mais soumise aux contrôles de l’institution pénitentiaire, ils pourront recevoir leur famille etc. mais seront privés de leurs libertés.

Lorsqu’il y aura eu crime de sang, viol, violence contre les enfants, contre un juge, un policier etc. ces mesures humanistes ne s’appliqueront plus.

La société sera sans faiblesse avec la délinquance quelque soit sa nature, il y aura peu de raison de changer le fond du code en vigueur, il sera juste appliqué.

Une majorité de gens généreux prennent peur devant leur propre audace et essaie de concilier une société juste avec une société riche comme elle est communément structurée.

Malheureusement la justice et la richesse ne sont pas conciliables avec l’esprit de nanti et l’on ne peut espérer que des gens riches acceptent que l’immense majorité ait le droit au bonheur, donc le premier challenge du RU n’est pas de combattre la pauvreté mais la richesse et ses privilèges.

Il n’y aura plus de privilèges ! Il y aura égalité ! Une fois que le peuple aura décidé de son destin, par le droit et la force s’il le faut, si après qu’une majorité ait décidé de suivre cette voie, une contre révolution violente décidait de la lui interdire !

Il faut d’abord l’exprimer massivement dans les rues par nos manifestations.

Manifester des exigences claires et consensuelles sur l’égalité et la mise sous tutelle des banques dont les fonctions seront redéfinies par l’humanisme.

L’argent national sera retranché de la spéculation, il va connaître la prison de l’égalité et les travaux d’intérêts collectifs à perpétuité, jamais il n’aura été aussi transparent, il sera soumis à un index défini par l’institution, il s’appellera comme le peuple le décidera par référendum.

Il sera enchainé à jamais pour ses crimes, comme le blanc des nobles entre le rouge et le bleu de nos couleurs.

Je suis parfaitement conscient que cette « révolution » mettra le pays qui osera neutraliser l’argent, en porte à faux avec les autres, mais techniquement il sera possible d’organiser la vie intérieure suivant les nouvelles dispositions tout en honorant nos échéances avec les autres, l’exemplarité pacifique sera la meilleure des contagions.

J’en viens aux considérations pratiques : des comités plancheront sur le rapport richesse globale de notre pays, les besoins institutionnels, (enseignement, santé, police, armée etc.) et les besoins individuels et familiaux sans tenir compte de l’origine sociale de chacun.

Une fois ces rapports complexes parfaitement définis, le RU sera allouée à chacun des citoyens ou famille, les chiffres cités plus haut sont le minimum qui permet de définir l’évolution de richesse de chacun dans cette société où la vie d’un humain ne vaudra plus mille fois moins que celle d’un autre.

Cette gestion ignoble de l’humanité sera consignée dans la nouvelle constitution sur les mêmes bancs maudits que les génocidaires, les criminels de guerre.

Le RU sera indexé sur les produits de consommation courante afin qu’il ne soit jamais dévalué et ne perde son pouvoir d’achat.

La devise créditant le RU ne sera pas échangeable internationalement que par l’institution nationale, et sans valeur spéculative, lors d’échanges nécessaires de devises pour le tourisme etc. les demandes par carte de crédit transiteront électroniquement par l’institution, il n’y aura aucun contrôle, mais à partir d’un certain montant une interrogation de l’institution.

La devise du RU ne sera négociable avec l’étranger que par l’institution.

Dès qu’un citoyen voudra acquérir un produit hors norme par son montant, il en sera complètement libre, sa demande transitera par l’institution dont la seule prérogative sera de contrer les spéculateurs et les blanchisseurs de devises.

Au commencement du changement vers le RU, aucune des fuites de capitaux vers les banques étrangères ne sera honorées ou reconnues, les capitaux issus de la rente etc. deviendront propriétés de l’institution nationale, seront nationalisés.

De toute façon dans tous les cas la devise du RU n’aurait jamais pu honorer un tel change et il sera illégal de faire fuir « ses » avoirs vers l’étranger.

Les riches seront intégrés par la nouvelle société et s’ils refusent ils devront quitter le territoire national, nus comme le jour de leur naissance.

Il existe la même chose aujourd’hui pour éviter le blanchiment, dans ce cas ce sera pour éviter la spéculation avec les monnaies étrangères, c’est aussi par notre propre production et les échanges avec les autres nations que nous constitueront des provisions malheureusement inévitables de devises étrangères.

Ceci devrait inciter la production locale.

Pendant la période de transition les travailleurs ne quitteront pas leurs emplois qui seront selon leurs véritables utilités collectives déclassés ou développés dans le temps, seuls leurs revenus seront multipliés en fonction des rapports établis.

Le travail étant une corvée, il sera partagé.

Le travail sera considéré selon le regard des travailleurs : le travail qu’ils aiment, le travail qu’ils n’aiment pas, le travail qu’il faut faire, le travail corvée etc.

Comme le profit au détriment de l’humain ne sera plus rétribué, la robotisation, l’automatisation etc. des taches les plus ennuyeuses, fatigantes, humiliantes etc. seront donnés de préférence aux machines afin de libérer les travailleurs.

Dans l’impossibilité où les machines ne pourraient le prendre en charge, il sera alloué au travailleur toujours volontaire des réductions de temps de travail jusqu’à 80 % de son temps légal de travail.

Certains travaux peu désirés seront attribués par tirage au sort.

Le comportement d’un l’entrepreneur sera celui d’un chef de famille qui prendra le relais sur un autre plan des besoins, comme les parents pour l’enfance, les professeurs pour l’enseignement scolaire et l’entrepreneur pour la réalisation professionnelle de ce même citoyen.

Le travail ne sera plus une guerre de classe, mais un échange perpétuel d’expériences soumis à une critique permanente avec le dessein d’améliorer toujours les conditions de travail, créativité et la productivité.

Ce sera la fin de tous privilèges, ceux qui gagnaient beaucoup, gagneront comme les autres.

La plupart des avantages sociaux seront conservés et renforcés, gratuité des soins dentaires, prothèse et optique pour tous.

L’argent nouveau sera défini par les besoins vitaux sans que ces besoins vitaux puissent induire une quelconque spéculation.

Les propriétaires fonciers seront dépossédés de leurs biens immobiliers, ils ne pourront en faire hériter leurs ayant droits ou les vendre et les biens retourneront à l’institution collective et redistribués au peuple selon les besoins.

Seules les propriétés à usage d’habitation principale ainsi qu’une seule résidence secondaire resteront les propriétés légitimes de leurs possesseurs, source d’héritage, du château à la chaumière.

Il n’y aura pas de saccage, de vengeances rétroactives.

Lorsque les grands propriétaires terriens refuseront d’adhérer à la nouvelle société et décideront de laisser leur terre en friche, et leur matériel sans entretien, il n’y aura aucune mesure de rétorsion, la force ne sera utilisée qu’en cas de légitime défense ou de viol contre le droit dont les textes définiront bien les limites, mais si ces propriétaires décident d’œuvrer pour la nouvelle société, ils ne recevront pas plus de crédit du RU que n’importe quel autre citoyen.

Les frais de fonctionnement de ces entreprises terriennes seront l’objet de l’institution compétente et de discussion avec le responsable d’ouvrage.

Il n’y aura ni lynchage ni procès sommaire, les juges, les avocats, la police seront appelés au maintien de l’ordre au service de la révolution égalitaire et ils seront rétribués de la même manière que chacun.

Il n’y a aura plus de retraite puisque le RU sera versé à vie.

Hormis les prélèvements obligatoires sur les salaires les sociétés, commerces et industries seront fiscalisés sur les bénéfices dans une mesure similaire à aujourd’hui, seuls les bénéfices seront attribués en part égales entre les actionnaires, les salariés, ces versements ne connaitront pas de prélèvement obligatoire, afin d’encourager tous les partenaires à la production et ne seront pas concernées par la fiscalité au delà des 5000 euros.

Actuellement l’immense majorité des citoyens est exclu de la consommation de haut de gamme donc l’écroulement de la consommation se fera certainement au niveau des produits de luxe, mais je suis certain que la plupart des femmes accepterons de vivre sans porter un diamant de 1 million d’euros au doigt ou de conduire une voiture dans les même proportions.

Ces activités des commerces du luxe seront surtout une activité archaïque du domaine du commerce international, de la mode à la bijouterie.

Il sera donné une prérogative à toute technologie réaliste qui sera susceptible de remplacer pétrole et nucléaire, pesticide et engrais, de se nourrir sainement redeviendra un idéal et je suis certain que beaucoup trouveront la sérénité et la paix à s’occuper de cela.

L’enseignement sera considéré avec le plus grand des sérieux, les enfants seront évalués mais dans le domaine de leurs désirs et de leurs compétences mais ceci sera un bien collectif car jamais la compétence particulière n’entrainera une rétribution supplémentaire, à chacun des contraintes selon sa force, la récompense par le travail sera naturelle pour tous ceux qui feront leur travail avec amour.

L’enseignement des enfants ne ressemblera plus à cet encasernement dont ils sont les victimes, l’enseignement sera avec les enfants et non pas en face d’eux.

Toute la technologie sera mise aux services des enfants et tiendra compte de leurs désirs comme étant souverain, il y aura aussi une démocratie à la taille de l’enfance.

D’un point de vue scolaire, l’enfance et l’adolescence seront d’avantage consacrées au développement physique et sentimental à travers les sports, les arts, la musique, l’étude du langage, des langues, plus tard lorsque les différents corps du jeune adulte seront consolidés viendront les sciences plus ardues qui nécessitent une activité mentale plus importante, bien entendu tous ceci sera sous l’égide de l’institution compétente.

L’école sera obligatoire jusqu’à l’équivalent de l’acquisition d’un doctorat quelques soient les matières.

La robotisation, les machines, libèreront réellement l’homme de beaucoup de ses servitudes.

Toutes les institutions ou assemblées locales, régionales, nationales etc. seront élus pour une période de 5 ans non rééligibles.

Ils seront l’équivalent de nos députés ou sénateurs et chacun sera choisi par tirage au sort.

Une démocratie n’a pas à s’inquiéter du hasard, les probabilités sont en faveur d’une représentation moyenne de la valeur des citoyens et non celle d’une élite.

Dans tous les cas les sujets de travail auront été plébiscité par l’ensemble des citoyens et leurs applications seront soumis à leur vote, une simple majorité de 50% dans ce cas sera démocratiquement nécessaire.

Toutefois si certains de ces membres de ces assemblées étaient considérés comme vital au fonctionnement de ces institutions, un vote interne des membres de ces institutions pourraient reconduire ces membres particulièrement exceptionnels, au 2/3 des votants, sans que leur nombre soit supérieur à 1% , c’est à dire de l’ordre de l’exceptionnel, ceci afin d’éviter toute polémique sur leurs légitimités, mais en aucun cas cela n’équivaudra à la reconnaissance d’un traitement de faveur en matière de rétribution.

Les contre-révolutionnaires qui useront de violence seront considérés avec les principes de la légitime défense, une fois arrêtés, ils seront jugés devant les tribunaux pour répondre de leurs crimes, mais s’il n’y a pas eu crime de sang, l’exil pourra être proposé, sinon une peine de prison ou d’intérêt général sera prononcé.

Mais en aucun cas après emprisonnement la peine de mort ne sera jamais appliquée.

Il est évident que ces suggestions et propositions devront être soutenue et corrigée par des experts sans que jamais il ne soit remis en cause l’égalité des revenus des citoyens, la véritable égalité dans l’égalité des moyens.

Bien entendu, il faudra aider et encadrer les personnes en difficultés.

On estimera à priori que chacun comprendra l’importance de son implication pour tous.

L’égocentrisme étant un aspect tout humain, il sera donné à chacun la possibilité de l’exprimer dans des activités personnelles et l’appropriation de sa production personnelle à travers toutes les micros formes de production vivrière. L’autarcie dans la nouvelle société sera permise et respectée comme toutes les philosophies non-violentes qui en feront sa richesse et sa diversité.

Le troc, l’échange et le don seront permis.

Une fois que collectivement nous nous serons prouvés que l’union fait la force et que satisfaire nos besoins n’occupent qu’une fraction de notre temps, nous apprendrons les joies véritables des loisirs, de la pratique de l’art, de la culture etc.

Ce qui sera juste sera de donner à chacun ce qui n’était réservé qu’à une élite, même si pour certains l’art réside dans la pratique du football redevenu amateur par ses profits.

Les opposants auront droit à se constituer en partie, associations etc.

Tout ce qui permettra les vérités sera encouragé etc.

Il sera créer des associations dans tous les domaines et il sera suscité chez l’humain le désir de partager et d’être utile sans aucune contrainte, sinon ce nouveau système n’aurait aucun sens.

Je suis certain que des meneurs naturels aux qualités requises s’élèveront, les fruits de l’éducation future produiront des fruits dans ce sens. Vivre heureux dans une société heureuse.

La spéculation bancaire n’aura plus aucun sens, mais elle devra à contre cœur exister à l’extérieur en se pliant au système archaïque international, la monnaie intérieure ne pourra en aucun cas être échangée avec les devises internationales et leurs utilisations ne seront permises que dans le cadre des échanges touristiques et culturels et dont la quantité et la diffusion ne pourra se faire que par une institution bancaire nationale.

La richesse acquise par la spéculation à l’extérieur des frontières constituera un fond spécial dévolu en grande partie à l’aide des pays pauvres.

Il est évident que l’enrichissement individuel construit par la corvée des autres est inhumaine et diabolique, je l’ai démontré me promenant sur les chemins de tous les sages, les prophètes, les saints et saintes de toutes les religions et ceci sans aucune complaisance dans plusieurs de mes articles précédents où sous couvert de complexité, le système actuel n’était qu’imitatif par le viol de la loi divine de la réelle égalité qui définit la qualité humaine.

Ce n’est pas une empathie liée à une qualité de cœur mais à la qualité humaine elle-même, celle-ci se reconnaît aussi perfectible.

La richesse sans l’autre est une reproduction de la révolte luciférienne et je ne vois pas comment un socialisme pourrait exister sans l’amour de la liberté à certains de croire en ce Dieu dont la justesse dénonce sans équivoque celui qui s’enrichit sans reconnaitre le partage.

Donc il sera légal de reconnaître l’amour de Dieu, du Christ Jésus reconnu comme le messie, de la très Sainte Vierge sans que ceci donne plus la parole à une secte ou une église qu’une autre, il sera de leurs responsabilités d’enseigner l’amour de Dieu par leur propre exemple, seront reconnus et honorés aussi le Seigneur Bouddha, la Tora, le Coran etc.

L’athéisme et l’agnosticisme seront reconnus aussi comme croyance et non plus comme fer de lance d’une laïcité à leurs visées, toute atteinte ou insulte contre la liberté de conscience sera passible des tribunaux et de condamnation très fermes.

Comme pour beaucoup de sujets, la spiritualité est affaire de liberté individuelle sans oublier combien les institutions religieuses furent trop souvent partie intégrées des pouvoirs oppressifs, ni combien le marxisme et ses dérives fit de mal aux croyants de part le monde.

Par ailleurs comment pourrait être enseigné l’amour multiforme, sans liberté !

Lorsqu’il sera établi la véritable richesse de notre pays, il sera constitué une allocation de résidence égale à chacun suivant la constitution de la cellule familiale sans discrimination de la fonction sociale.

Je suppose que dans un premier temps, les premières années de fonctionnement passées avec leurs erreurs, le pouvoir d’achat plancher sera multiplié.

Mais viendra très rapidement grâce au bonheur du peuple le désir de produire dans tous les domaines afin d’en réduire la dépendance, mais les exportations et les importations avec le reste du monde continueront mais passant par les cribles des comités collectifs qui éviteront tous les abus, notre institution de la finance aura une réserve de monnaie étrangère, la nôtre ne se voulant d’aucune valeur spéculative.

La misère sera instantanément éradiquée, la mise à bas de la compétition et son élite permettront l’installation d’une véritable économie conviviale se construisant dans un environnement à l’écologie non théâtrale, tout les barrages hydro-électrique situé en zone de salmonidés seront détruits afin que truites et saumons ré-abondent etc. provoquant une explosion des industries alternatives, solaire, éolien, etc.

L’électricité nucléaire telle que nous la connaissons sera démantelée sans que soient interdites les sciences prométhéennes qui feront l’objet d’études plutôt que d’interdiction, seules leurs applications seront sous le directoire de l’institution concernée.

Les habitants deviendront propriétaires de leurs maisons ou logements et pourront les léguer à leurs enfants mais ils ne pourront les vendre qu’à l’institution responsable de l’habitat.

L’architecture la plus humaine et la plus écologique sera la seule autorisée, il n’y aura plus de bâtiment de rapport, de spéculation sur la location car il n’existera plus de loyer et ces principes oppressifs, mais les charges locatives et l’entretien seront à la charge des occupants.

Les locaux attribués aux étudiants et travailleurs en déplacement seront l’objet de mesures spécifiques mais le RU leur permettra de vivre décemment.

La justice ne se mêlera que des litiges entre les parties.

Toutes les marchandises dont les références seront mondiales se trouveront dans des supermarchés, hypermarchés de type discount dont les seules variations de prix seront dus aux mouvements des marchés internationaux.

Les besoins essentiels seront vendus sans bénéfice et ceux qui gèreront leur bon fonctionnement appartiendront à la fonction publique.

Chaque année les agents de base à faible compétence de la fonction publique affectés au besoin de se nourrir, de se vêtir, de se loger, permuteront de leurs fonctions par tirage au sort, les gestionnaires avec plus d’exigences tous les 3 ans.

Tout ce qui sera produit en France et vendu à l’étranger produira de la devise.

Seule l’institution nationale pourra changer ces devises en la monnaie locale, la monnaie nationale n’aura aucune valeur internationale et ne pourra être échangée à l’étranger, seule les cartes de crédit permettront cela instantanément par l’informatique par la gestion centrale du crédit qui sera seul habilité aux changes.

Il n’y aura aucune demande de permission particulière, les frontières seront complètement ouvertes au transit des marchandises et des biens, seules les spéculations sur ces marchandises et bien feront l’objet d’une étroite surveillance par les services de la douane et de la police.

Les prix appliqués sur tous les besoins primordiaux des citoyens seront conditionnels des frais de gestion sans qu’aucune institution ne revendique de bénéfice.

Les jeux d’argent, de hasard, en ligne, seront interdits.

Les courses de chevaux, de chiens etc. seront également interdites.

Le crédit à taux zéro sera systématique et sera directement prélevé sur le crédit de base sans que la totalité des crédits ne puissent dépasser un certain pourcentage du revenu familial.

Les drogues seront vigoureusement interdites, mais il sera fait des études sur certaines supposées vertus de la marijuana qui une fois prouvées pourra être consommée autrement que par la consommation du tabac.

L’usage du tabac sera fortement déconseillé et le traitement de la tabagie sera pris en charge à 100% comme tous les problèmes de santé des citoyens.

Une telle révolution n’aura de sens que si elle amène chacun au niveau du confort de la petite bourgeoisie, l’approbation politique d’une majorité dont l’humanité de la vie sera comme le passage de la guerre à la paix fera qu’au fond même ceux qui perdront beaucoup matériellement y trouveront leur compte par la paix sociale et la fin d’une délinquance qui les ciblait.

Il est certain aussi que certains quitteront la France à jamais jugeant de trop « collectiviste » cette nouvelle société, mais elle n’aura rien du marxisme guerrier et matérialiste, si ce n’est les bons cotés d’un monde plus égalitaire.

La finalité est que le sang du peuple personnalisé par le RU ne transite pas vers les calculs d’une élite qui le transforme en poison et tire tous les bénéfices en condamnant le peuple à une forme de sida permanent.

Tous seront une élite pour les autres car ce qui sera important sera dans l’intention de bien faire même si certains produisent apparemment 100 fois plus que les autres.

L’attention des gens arrêtera de se porter vers le travail comme la valeur la plus importante mais vers la réussite de leur vie intime, familiale, récréative … la culture du bonheur et non du labeur inventée par les profiteurs.

Cette qualité de vie incitera les gens à œuvrer avec zèle dans leur travail en comprenant leur interdépendance, le contraire serait la preuve manifeste que les peuples méritent l’oppression des élites et ne sont pas plus responsables que les animaux.

Votre destin sera vraiment entre vos mains, et je vous conseille de ne jamais oublier dans vos prières ce Dieu d’amour qui m’inspire de vous écrire ainsi, de ne jamais oublier aussi que le mal a sa propre existence et que sa vocation est de vous maintenir dans l’esclavage duquel Moïse voulu vous sortir et plus tard le Christ.

Cette approche philosophique du bien et du mal diffère peu de la manière dont les autres peuples non chrétiens ont pu être enseignés.

Les genèses du bien et du mal sont constantes sur toute la terre.

Ne vous laissez pas humilier par certains qui se croient supérieurs n’adorant aucun Dieu et rappelez leur qu’eux aussi sont les croyants de leurs propres négations.

N’imposez rien et ne vous laissez rien imposer à part les lois immuables d’une véritable démocratie où le problème impossible à résoudre des nivellements de revenu l’aura été par l’égalité des moyens.

La véritable intelligence est de savoir qu’une abeille est aussi nécessaire qu’un éléphant, qu’un malade un médecin, qu’un producteur, un consommateur, car à tout âge et notre métamorphose nous devenons tour à tour comme l’éléphant, l’abeille etc.

Même si cette société était impossible dans son application contemporaine, elle sera toujours le rêve de l’humanité celle comme me le rappelait une amie disparue, d’après une citation de Bachelard « Il n’y a pas de bonheur à être sans appropriation, sans avoir » …

Il y aura des milliers de mesures à prendre et de cadres à créer, et c’est là que nous tous nous intervenons en amendant à l’infini cet ébauche de texte d’une société réellement démocratique, spirituelle, non violente, technologique et écologique … sans que jamais il ne soit remis en question l’abrogation de la compétition et ses corolaires de profits autrement que pour le plaisir des jeux et du sport et des projets collectifs ou individuels qui élèveront la dignité humaine.

L’enrichissement personnel au détriment des autres sera traité par les tribunaux comme un délit majeur, comme le meurtre, le vol ou le viol.

Afin d’éviter toute main mise sur un pouvoir central les comités seront choisis au hasard par tirage au sort tous les 5 ans par exemple ainsi que le lieu qui sera la capitale pendant cette période, la passation des pouvoirs se fera en plusieurs mois, le temps que les nouveaux membres soient formés par les anciens.

L’école sera complètement remaniée et réformée, l’université accessible à tous etc.

Ne croyez plus ceux qui brandissent l’argent comme s’il était une Divinité, il est surtout un dieu de laideur, de violence, de mensonge.

Il ne pourra jamais empêcher un grain de blé, un pied de tomate ou un toit de chaume de pousser, le véritable argent n’est pas que votre force de travail, il est aussi votre désir, votre joie, l’amour de ceux qui vous aiment, un bien personnel qui ne peut exister sans que d’autres aussi le partagent …

La faiblesse de l’argent voyou est d’être compris par une minorité, ces cyniques et autres profiteurs ne sont rien et ne comprennent rien.

Mais il est pulsé par la volonté d’hommes et de femmes à la volonté hors norme qui comptabilisent l’humanité comme un troupeau et le génocide par millions au gré de leurs intérêts et fantaisies, ils ne sont pas une paranoïa mais ce monde contemporain de Jésus qui le fit condamner à mort, ils sont intemporels, ils sont Caïn, eux le savent et non aucun autre choix que de bestialiser l’humanité.

C’est pour cela que tout un peuple mené en France par Fillion et d’autres destructeurs d’espoir promulguent cette phrase Biblique en jugeant les anges de Dieu de rêveurs et promulguant en édit « Mais qui est plus fort que la bête ? »

En cet instant, au lieu de voir dans mes propos des termes enkystés d’obscurantisme et de moyen-âge, il sera plus judicieux de comprendre combien depuis les origines les véritables coupables de la chute humaine arrivent même à obscurcir les ténèbres.

Il viendra peut être le jour où collectivement nous nous adresserons à ces puissants en leur rappelant que même eux n’ont aucun pouvoir sur notre libre arbitre, il suffira seulement d’être sincère afin que « notre énergie argent » soit pulsée par un cœur national, celui de la France.

Croyez-vous encore que le nom de notre pays ait un sens et un avenir ?

La France n’en déplaise à beaucoup a en elle à travers les personnages de son histoire connus et inconnus la mission que Dieu confia à ce peuple élu que furent les juifs.

Pour moi être Juif veut dire être avec la loi de Dieu, la loi est résumée dans l’enseignement du Christ, je suis juif par le Christ, j’écris cela parce que parmi ce gouvernement mondial il y a des incarnations de juifs antiques qui condamnèrent avec l’aide des romains ( l’occident contemporain) celui reconnu aujourd’hui comme le fils de Dieu par plus d’un milliard d’êtres humains.

Je n’ai rien à voir avec ces monstres.

Je suis avec et parmi quelques-uns de ce milliard de juifs contemporains y compris une majorité de juifs antiques en Israël et ailleurs et je ne me laisserai pas mélanger avec quelques brebis galeuses qui furent il y a des milliers d’année mes frères …

L’infidélité contemporaine de la France à sa mission est due à cette élite mondiale qui n’a aucune patrie et les contrôle toutes.

Ce que je vous propose par ces écrits est comme l’arrêt de l’anglais en France par Jeanne d’Arc, cette résistance éternelle de notre pays à la traitrise contre l’amour, Jeanne d’Arc est intemporelle, elle est Elie, Sanson avec sa mâchoire d’âne, De gaulle et son appel du 18 juin etc., le socialisme et le pacifisme de Jean Jaurès, ce jeune arabe Mohamed Bouazizi qui s’est cru moins que rien .

Cette infidélité de la France à sa mission Mariale alimente les guerres du monde et particulièrement celle d’Israël avec les Arabes musulmans.

Ce climat délétère est entretenu au moyen orient par les déchus richissimes et maitres du monde, leur laissant l’option ignoble de fomenter une troisième guerre mondiale apocalyptique.

La France doit incarner la vision Christique et exemplaire de la compassion et par cet exemple paralysera les volontés génocidaires de ces puissants ivres de démence et de puissance, oui la France en se sauvant peut sauver le monde.

Notre pays comme le peuple juif est destiné à l’exemple et à l’avènement d’un monde fraternel…

Cette vision n’est pas celle d’une société verticale ou des membres supérieurs tendent une main vers le bas.

Car c’est de cette vision pyramidale que proviennent tous les malheurs.

Mais celui de la vision de la nature qui nous fait tous naitre faible et dépendant et pourtant en général merveilleusement aimés du principe féminin, nos mères et confiants en elles.

Pourquoi voudrions-nous haïr nos origines et mépriser cette dépendance absolue en la torturant en contrôle tyrannique ?

Regardez combien cet esprit de la femme qui nous porte tous ne nous juge pas par notre dénuement mais au contraire nous en aime d’avantage, et même plus tard combien de femmes aux cœurs dévoués à la vie s’ennuient avec ces hommes de pouvoir qui terrorisent tant tout !

Regardez même lorsque nous devenons adultes, c’est à nouveau pour servir une autre génération d’être sans défense et confiant dans leurs parents !

Ne croyez-vous pas qu’un monde à cette image est plus conforme que ce monde de chiens enragés que vous défendez comme le seul possible ?

En quoi cette société où les hommes s’affrontent sur tout aura un avenir possible, et comment légitimerez-vous de tuer aussi les enfants de vos ennemis ?

Je sais les choses sont encore plus simples, car je sais comment vous fonctionnez, « Nous d’abord, les autres sont les autres ! ».

Oui, alors si vous gardez cet esprit dénué de tout espoir pour la dépendance de l’enfant de l’autre, donc la confiance universelle ?

Si vous ne comprenez pas que cet enfant de l’autre s’appelle Jésus, Bouddha, Moise, Mahomet, Jaurès, Victor Hugo, JFK ou Bouazizi, ou vous et même la planète que vous foulez ?

Alors oui, viendra inéductablement la fin du monde, de ce monde, qui a trébuché à s’en anéantir les ailes, celles du lion et de l’agneau qui dormaient l’un contre l’autre, de ce mystère de la force et la faiblesse qui ne peuvent vivre l’une sans l’autre et non pas l’une contre l’autre !… Maintenant c’est à vous de structurer ce texte, de développer sa sociabilité, de rentrer dans le détail en vue de l’élaboration d’une nouvelle constitution dans laquelle sera reconnue les acquis de la précédente … à vos plumes, à vos rêves, à votre monde …

 

A voir aussi:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Allocation_universelle: cliquez ICI

 

 

 

 

Contact et commentaire: contact@jeanmarcsoriano.com