Mes textes rebelles

Les Oeuvres de l'artiste Jean Marc soriano

 

L'Eglise des Idiots:

 

Pourquoi les raisons de la suprématie historique spirituelle de l’église catholique sur toutes les autres églises ?

La première raison est que de tous les membres de l’église, celle qui a le plus besoin de l’amour du christ c’est l’église de Pierre.

Lorsqu’on connaît Pierre à travers son histoire transcrite par les évangiles, il est la définition d’un doux imbécile, il est ringard, il doute sans finesse, il oblige le seigneur à soigner l’oreille qu’il a tranché à un serviteur du sanhédrin, il renie Jésus par trois fois lors de son arrestation, et il refuse même la parité dans la mort en se faisant crucifié à l’envers.

Voilà pourquoi Pierre est le chef spirituel le plus représentatif de l’humanité, il est le porte parole des imbéciles, des idiots qui enfin se reconnaissent comme tels, il est la rareté de la repentance.

Il est la preuve que même le dernier des crétins peut revenir à Dieu.

Pierre use avec tous les crétins qui composent l’église catholique de la même patience que celle que le Christ eut pour lui.

C’est pour cela qu’il détient les clefs du ciel, il serait bien en peine malgré sa puissance d’en refuser l’accès à qui que soit.

C’est pour cela que l’église catholique est adulée par les pires idiots que le monde ait porté et porte.

Faire partie de l’église catholique n’est pas un signe distinctif de grandeur, mais de reconnaissance qu’il n’y a jamais eu plus crétin que soi.

D’ailleurs cette imbécillité se voit dans les rituels, dans l’habillement, dans tous les cotés grands guignolesques catholiques.

Si le seigneur était parmi nous il s’habillerait en jeans et les cardinaux et le pape aurait l’air de confiseries échappées de l’arbre de Noël.

Le salut est une affaire sérieuse et dans le reliquat de la crétinerie des héritiers de Pierre, l’apparat indispensable qui veut prouver ce sérieux est comme l’épée qui trancha l’oreille du serviteur, comme l’uniforme du militaire, il est orgueil !

La perfection du choix du maitre est enfantine à comprendre et je vais vous l’expliquer.

Pour cela il faut comprendre la genèse des sentiments ou émotions et leurs antinomiques (leurs opposés).

L’église Catholique professe l’amour du prochain à travers la compassion ou pitié, compassion qui veut dire souffrir avec (partager) et non avec souffrance (masochisme).

Dans la genèse des émotions la compassion est le sentiment d’amour que l’on éprouve pour un inférieur (H.P.Blavatsky)

Son antinomique haineux est le mépris, l’indifférence d’où vont découler toutes les nuances de haine.

Par exemple l’apôtre Pierre tranche l’oreille du serviteur du sanhédrin par mépris pour cet homme et le mépris justifie la fureur de sortir l’épée.

Ce qu’il y a d’exceptionnel dans l’attitude de Pierre c’est qu’il se démasque devant le seigneur, alors que Judas le fait dans son dos en parfaite traitrise.

Voilà ce qu’il y a d’exceptionnel dans le comportement de Pierre, c’est que tout ce qu’il est, est livré par l’apôtre lui même et vaincu et relevé en un instant par l’amour du Christ.

L’église Catholique est l’église de ceux qui se reconnaissent en Pierre et non pas de ceux qui se croient parfaits et au dessus de tous.

L’église de Pierre est l’espoir de l’humanité, elle est le démon qui devient saint, le crétin qui s’illumine, le soldat qui dépose son épée, elle est Pierre.

Il faut se protéger et se défendre de Mammon surtout, car je n’ai jamais connu un riche qui dépose sa fortune aux pieds du Seigneur et je comprends que toutes les dorures du Vatican puissent déranger les plus humbles, il ne peut y avoir de repentance authentique sans s’immerger dans la pauvreté du monde, sans détachement.

Les seuls vêtements que le seigneur veut nous voir porter sont ceux de la reconnaissance de notre condition spirituelle misérable, comme Pierre eut le courage absolu de l’avoir, n’en déplaise à sa modestie.

Donc à tous ceux de l’église catholique qui se croient au-dessus des autres, rabaissez un peu vos caquets et demandez à Dieu de vous crucifiez à l’envers pour vider vos poches !

L’église de Pierre est l’église d’un pauvre pêcheur, des pauvres et non pas l’église bourgeoise qui condescend aux pauvres.

Les pauvres (en bien et en esprit) sont l’église Catholique, nul ne peut même commencer à être riche s’il partage !

Quelle horreur ceux qui mettent avoir et posséder avant la compassion !

Je demande à la sainte Vierge d’user de sa puissance auprès du Saint Père et des cardinaux pour trouver un moyen non pas d’investir dans l’argent maudit mais de le rendre aux pauvres et de rejoindre le Seigneur, le cœur pur, sans la peur de quoi que ce soit, si ce n’est celui de déplaire au Père qui est aussi le Fils, et de venir rejoindre les plus pauvres dans leur HLM, et de là, nous renouerons avec ces processions dans les rues qui pardonnaient à tous combien l’orgueil rend idiot!

 

 

 

Le riche version Varroa:

 

Savez-vous pourquoi les forts se servent de la mort, de la guerre, de l’assassinat pour arriver à leurs fins ? ... C’est parce qu’ils ne croient qu’en cela, qu’en cette vision limitée d’un Dieu cruel !

Je ne nie pas l’efficacité de leur philosophie, mourir reste une démonstration répugnante et je dis cela sans même en sourire frémissant de la terreur entrevue et du meurtre, une illusion qui demeure à jamais inacceptable ... Ne pouvoir rien y faire ou rien n’y changer imprègnent nos cellules d’une terreur indicible et d’un ennui mortel (encore) ...

Que faire contre la mort ? ... Je crois que seul celui qui pourrait ressusciter émettrait un avis pertinent, moi je n’ai pas cette faculté, je meurs comme tout le monde ...

Pourquoi s’éreinter à chaque instant pour une simple parenthèse appelée la vie ? Parce que nous n’avons que cela comme chemin! ...

Condamnés à vivre voilà le lot de presque tous qui s’échinent à supporter une minorité parasitaire ...

Chacun d’entre nous est seul mais ceux qui n’ont rien encore plus sans bonheur appropriatif. Certains d’entre eux finissent par rencontrer Dieu, mais pas ce Dieu convenu à toutes les sauces, toutes les sectes, tous les délires, mais ce Dieu ou paradoxe des paradoxes il faut être moins que rien pour le rencontrer lui qui a et qui est tout et n’usurpe rien... alors que dans toutes les Eglises, au premier rang, le riche fait jeu égal avec lui grâce à son troupeau de pauvres à ses pieds et des religieux maitres de la fellation, ce riche tout-puissant, sorte d’extension d’un Dieu qui ne se comprendrait pas, ce riche qui punit, nourrit, protège et nous prend tous pour des « cons »... Alors les plus intelligents élèvent leurs cœurs en évitant les insultes qui commencent par pourquoi, mais implorent combien durera l’orage et quand reviendront les beaux jours

Cet anti-dieu avec la bourse de Judas à la ceinture existe aux sommets des Eglises du monde, mais son nom n’est pas l’amour... demandons-nous pourquoi les Eglises demandent aux plus pauvres de toujours plus se repentir, faisant du pêcheur pauvre un puits sans fond de remords de mortifications et de résignation mais la ferment devant ces varroas devant qui elles s’inclinent et échangent des accolades et réclament des peuples d’endurer toujours d’avantage pour ces acariens hors normes ?

Tout est bon dans le pêcheur pauvre ! ... ah mais je l’ai déjà dit !

Cette société de riches ayant défini le plaisir d’amour, donc la souffrance de haine, ce qui semble logique mais ces définitions passent toutes par l’argent qui lui est le fruit des guerres et de rien d’autres ou alors c’est que vous n’avez rien compris au monde dans lequel vous vivez ! En fond de tableau il y a le sexe et les femmes où les blondes aux pulsions glandulaires hors normes règnent et sont la récompense de tous les désirs sur un fond perpétuel de Shoah ... c’est là que l’amour ne s’aventure qu’avec une extrême prudence...et un martyre certain.

L’amour toujours pour demain ou ailleurs, c’est lui derrière lequel il faut courir toute sa vie comme l’espoir, le loto, le bonheur, l’argent ... L’argent ou l’amour (pas le sexe malheureusement) aussi miscible que l’eau et le feu, c’est dire ! ... Lorsqu’un pauvre se lève tôt le matin déjà il se répète que demain sera meilleur, un pauvre est un schizophrène qui grâce au « miracle » de la méthode Coué se prend lui même pour un crétin, un peu comme une vache qui prend le fermier pour son ami, fermier qui ne cesse de répéter qu’il aime « ses » bêtes, car comment des pauvres et des bêtes pourraient supporter d’être à ce point haïs sans ce « Il nous fait souffrir pour notre bien ! » adroitement attribué à ce Dieu qui semble se taire... je ne parle pas que des pauvres bêtes !

La seule chose en laquelle je ne crois plus, c’est demain ! Je crois en hier et aujourd’hui qui empestent de mensonges et de hurlements muets des enfants décharnés ... Un jour on mettra en prison ceux qui parlant de demain, volent et stérilisent aujourd’hui ...

Est-ce de la faute aux pauvres d’être si nombreux et de ne savoir fabriquer que de la souffrance et des riches ? ... Non !

Dans le silence puant de vacarme des décharges où grouillent des milliers de langues muettes, un enfant imbibé de cadmium et de plomb me sourit ...

 

 

 

Contact et commentaire: contact@jeanmarcsoriano.com

 

Agnosticisme et Amour:

 

Je sais je vais être dur l’athée mais reconnais que tu m’as gentiment asticoté le bénitier !

Donc voilà, ceux qui participent à l’agnosticisme définitif de principe (ADP, les purs et durs) ont un profil d’une consternante brutalité qui se matérialise par : « Dieu ne peut pas exister … blabla …blablabla…et moi et remoi. »

Dieu existe au moins autant que les baleines et les seuls qu’il dérange sont les pêcheurs.

L’agnosticisme (ADP) est un amas d’à peu près coloré en noir de mépris et de colère contre le principe divin.

En deux temps trois mouvements je vais prouver, oui prouver ! Combien il est impossible que Dieu n’existe pas… Traduction qu’il existe !

1) Les crétineries et contradictions limitant l’infini à la définition au lieu de l’exclure.

2) La définition contredisant l’inaccessible connaissable puisque le fait de dire Dieu n’existe pas le fait exister et définir l’infini le limite.

3) La définition de l’inconnaissable ne peut exister, puisque l’inconnaissable ne peut être connu.

4) L’inaccessible et l’inconnaissable ne sont que des constats d’incapacité et non une loi d’ou découlera un principe.

5) L’infinité, l’éternité, l’immortalité sont des faits et non des définitions.

6) Une définition est une accumulation de faits qui forment une équation.

Le fait n’induit pas obligatoirement la preuve et la signification de cette preuve.

7) L’infini ne peut être prouvé dans notre dimension de pensée, notre univers évoluant « in vitro » au sein d’un infini inconnu dans lequel l’hospitalité est un fait indéniable.

8) De plus le fait absolu que nous ne puissions définir l’infini ne veut absolument pas dire que l’infini ne puisse nous définir.

L’analogie embryonnaire de notre univers fait pencher la balance plutôt vers un infini hospitalier.

9) Pour résumer le postulat serait « ce n’est pas parce je ne comprends pas ce que je vois que ce que je vois ne me comprend pas ».

Je pense qu’il n’est point utile de donner d’exemple.

Même un agnostique pur et dur doit pouvoir comprendre.

10) Comme par magie l’agnosticisme(ADP) établi à partir de faits incontestables mais inaccessibles à la définition (l’infini) une définition sèche le rendant accessible par la dénégation !

Qui se résume par « Puisque je ne peux accéder à Dieu, il n’existe pas ».(Résumons !)

C’était le but, nier l’amour de l’infini divin.

Rien d’autre, ni la vérité des faits, ni la vérité tout court n’a animé le pathos de ses « créateurs ».

11) L’inconnaissable et l’inaccessible sont des constats pas une définition.

Un chien dans un avion peut constater qu’il vole, mais il sera incapable de le définir.

Je le répète il est impossible dans un univers infini de pouvoir croire que Dieu n’existe pas.

C’est le manque de capacité d’analyse qui fait que le chien ne comprend pas le fait de voler.

Et c’est la faiblesse analytique de l’agnostique qui l’empêche d’appréhender l’amour divin.

Je n’ai rien contre les imbéciles, à condition qu’ils ne s’occupent pas de l’éducation des enfants dans les écoles, qu’ils ne tiennent pas les rennes d’un pays, etc.

Les faits ne sont pas des définitions, ceux sont des éléments d’une équation qui nous dépasse.

S’exclure de l’inaccessible et de l’inconnaissable alors que nous le concevons est une aberration scientifique et métaphysique.

 

La construction de l’agnosticisme (ADP) est simplement chthonienne.

Elle cherche à retrancher les activités humaines de l’infini espoir.

Car là ou le rêve existe le citoyen peut créer en lui et autour de lui une forme pensée ou cet infini génère tout simplement la liberté, l’égalité et la fraternité.

Quelle est cette démocratie où les rêves de l’infini imaginaire sont définis par une philosophie limitative ?

Se définir exclu de « inconnaissable inaccessible » c’est définir non pas l’infini comme insaisissable mais comme ne se comprenant pas lui-même.

L’agnosticisme (ADP) n’a généré chez l’humain que le nombrilisme.

Il est évident que son dessein d’origine démoniaque ne cherche qu’à ralentir le processus mondial de demande de compassion de la part des peuples.

L’agnosticisme est une manifestation hystérique et théâtrale à la symptomatologie Freudienne.

Mais Freud ne pouvait rendre symptomatiques l’agnosticisme, lui-même étant certainement agnostique (ADP) ne serait-ce que par l’ascendant que Darwin avait sur lui.

Dans l’infini le créationnisme tout comme l’évolutionnisme ont leur sens.

Depuis presque 2 siècles les évolutionnistes agnostiques ne cessent d’isoler les hommes de l’amour divin.

L’évolution n’est en aucun cas antagoniste à la création.

Dans la métaphysique chrétienne ce qui transcende le croyant est le mystère et l’obéissance.

L’interprétation des Saintes écritures sera toujours la porte ouverte non pas au sectarisme mais à la méditation.

Le sectarisme c’est un peu comme le médecin du 17 siècle qui découpe la charogne d’un corps mort pour apprendre et qui plus tard disposera de radios, d’ultra sons, de scanner etc.

Un sectaire est un nouveau croyant qui essaie de se servir du scalpel des mots pour comprendre l’amour dans les saintes écritures.

L’interprétation des Saintes écritures par les créationnistes est un chemin dans le chemin.

Chacun comprend comme il peut et plus on comprend moins on a envie de juger.

Alors que l’agnostique est un bourgeois ingrat originaire du 19 ième siècle qui ne peut pas croire que Dieu puisse être avec cette racaille maltraitée (le peuple).

En niant la métaphysique de l’origine des maladies Freud laissait au mal son anonymat.

Le mal ne pouvant exister que par la dénégation de son existence.

Et surtout par-là même l’existence de l’amour Divin.

Cela ne veut pas dire qu’il faut abandonner le malade à son sort, mais qu’aucun médecin ne devrait intervenir sans la compassion.

L ‘agnosticisme (ADP) est l’énième tentative d’assassinat de l’infini de l’amour Dieu.

Pour conclure comme beaucoup de mensonges, l’agnosticisme(ADP) comme beaucoup de diarrhée mentale d’origine démoniaque n’amène que le nihilisme prétextant que l’idée religieuse n’est qu’une paresse de l’esprit superstitieux masquant la peur des vérités scientifiques.

Elle ne résoudra pas le problème que les hommes qui se sont cru toujours plus grands que l’humilité ontologique ont toujours oublié que sans amour rien ne peut être.

L’agnosticisme n’est pas une philosophie, elle est une aberration analytique.

( Sauf dans le cas de l'APP ou Agnosticisme Provisoire en Pratique dont la position est profondément sensible intelligente et tolérante, un peu comme une humilité œcuménique).

 

 

Ne plus être Rien:

 

Je suis inanimé de milles morts, de milles définitions de maladies, de milles impuissances et d’un fantastique complexe d’infériorité et de culpabilité construits depuis l’enfance.

Je suis pauvre, fils de pauvre et pauvre moi-même, c’est à dire sans mérite dont sans escabeau ascensionnel, l’ascenseur du besogneux...

J’ai entendu l’argent-ci, l’argent-ça, avoir, ne pas avoir, être ne pas être.

Mais qui suis-je ? Et "rien" me hurle dans les oreilles : - Rien tu n’es rien ! ... à part la peur qui te colle aux tripes, cette peur de tout, doublée de l’obéissance à l’ordre social ... tu veux que je te dise : n’aies pas peur de déplaire à l’ordre des moutons et des chiens ! ... apprends à te défendre toi qui t’enlises dans les cités et qui déteste la guerre ! ... apprends le jiu-jitsu, le aïkido etc. un art martial qui fut inventé pour les gens pacifiques, les moines d’un monde qui est le même que le nôtre car parfois il vaut mieux pousser que de tomber, de reculer !

Ne plus avoir peur d’un coup de poing, d’une brimade, d’une provocation, d’un chien qui aboie !

Ne marche plus les bras qui pendent, le cœur qui palpite comme un soufflet qui tombe et si tu as le temps apprends la musique pas celle à deux temps qui n’est que la guerre mais celle à tous les temps qui enseignent la grâce !... apprends aussi l’écriture pour apprendre à parler et apprendre à parler pour un jour enseigner ! ...

Une école qui n’apprend qu’à obéir ne donne pas un bon enseignement.

Ceux qui se servent de l’ignorance pour dominer les hommes sont les ennemis et quelque soit leurs « sagesses », leurs prétentions à servir la démocratie, les libertés et les droits, leurs mensonges, leurs terribles mensonges lorsqu’il s’agit de parler d’amour, invalident toutes leurs inventions et leurs sciences qui deviennent aliénations au lieu de libérations, de clapiers au lieu d’habitations, de pollutions au lieu de libertés de mouvements...

 

 

LE RICHE:

 

Le riche est un désespéré hanté par la mort, il survit comme ces sérial killers qui savent qu’on ne pourra pas les condamner d’avantage pour 3 ou 100 meurtres à part aux états unis où un juge condamnera ce criminel à 1000 ans de détention s’imaginant peut être que sa volonté aura un sens dans le ciel ( il peut rêver).

Je déteste le riche au moins autant que le riche déteste le pauvre… nous pouvons lire souvent que les écarts de fortune entre les riches et les pauvres se sont creusés depuis 10 ans ou 100 ans mais en fait le principe d’un écart est de se creuser et en se creusant de prendre de la vitesse, relativement plus un devient riche plus l’autre devient pauvre.

Quoi de neuf sous les cieux (infernaux) de notre vieille terre ?

Pas grand-chose en fait !

Devenir riche est toujours le but ultime à atteindre, le saint Graal de l’éphémère, la jouissance supérieure des flippés de la vie… la sainteté de la réussite… par opposition le contraire de ce zèbre n’est pas le pauvre, le pauvre n’est que sa victime un peu comme deux êtres de deux espèces différentes, genre vaches, cochons , volailles et éleveurs…

Le contraire du riche c’est le dissident de la compassion, celui qui appelle leur monde, le « Monde », cette chose haïssable qui a construit ses lois sur celles du plus fort, subtilement usurpées en celles du meilleur.

Être riche ne sera jamais illégal puisque être riche est la loi, celle ultime qui définit toutes les arcanes sociétales.

Il est impossible de s’attaquer à ce faux principe au moins autant que de vouloir arrêter un porte-avion à bout de bras, mais rien ne m’empêche d’essayer un peu comme ce chinois de Tienanmen qui s’était interposé devant les chars … c’était tellement beau, tellement humain comme la petite fille aveugle qui tient la main à la créature de Frankenstein, mais la créature avait encore un cœur de chair…

Être riche n’est donc pas illégal ! Alors pourquoi serait-ce immoral ? Pourquoi unanimement tous les maitres de sagesse ont fustigé le riche ?

Si l’imbécile est capable de nier la sagesse des maitres moi je préfère m’y accrocher !

Le désir de richesse appartient au monde de la tentation, on ne devient jamais riche par accident mais par choix, ce choix élimine dès le départ le partage (le partage ne creuse pas d’écart, le mythe du riche faisant du bien avec sa fortune a la peau dure).

Devenir riche c’est vendre son âme au Diable et là encore je ne peux rien pour ceux qui croit que le Diable est une légende (le vrai mal).

Jamais les spiritualistes se sont opposés au progrès comme beaucoup imaginent ou cherchent à se rassurer afin de prouver les archaïsmes des religions primitives.

Ils ont (souvent maladroitement) voulu prévenir des dangers de la gloire personnelle arquant à juste titre que se glorifier (devenir riche) avant de glorifier Dieu ne serait que source de grandes catastrophes.

Dieu n’est pas un référent pour les simplets en mal de repères, Dieu est la logique scientifique absolu de l’univers et ceux qui la nient sont de sombres décérébrés, Dieu n’est pas un point de vue, mais un fait absolu… mais mon interprétation bien entendu est sujet à la relativité de mon intelligence, donc en ce sens Dieu reste un point de vue.

Mais en bon lecteur des livres reconnus comme sacrés universellement, je ne fais que répéter et prévenir les avertissements de ces livres où la volonté de richesse matérielle personnelle ne sera source que de catastrophes.

De cette culture de la richesse personnelle ne pourra jamais découler la libération des peuples mais l’avènement toujours plus arrogant d’une classe moyenne garde chiourme, cerbère des 90% de l’humanité.

La richesse personnelle ne peut exister que par profanation de l’égalité, elle n’est pas une étape vers une uniformité ou l’humanité entière accédera au bonheur mais la consécration d’une société mondiale fasciste aboutie.

C’est cela le véritable extrémisme dont les gouvernements mondiaux accusent adroitement les mouvements spasmodiques d’un Islam tombant dans le piège de cet occident en me permettant de leur rappeler (à cet Islam) que la guerre est l’expression des pires (les riches) et non des meilleurs (les pauvres) et qu’il y a longtemps que Dieu ne cautionne aucune guerre fratricide, mais il est vrai que bien des désespoirs conduisent au suicide par la guerre ( pour l’honneur) ( par opposition aux guerres scélérates du « monde libre ») .

Le riche est un psychopathe parfait (dans le sens d’abouti).